Textes

Ecrits divers

Les Ateliers Claude Chassagny, sont un lieu pour soutenir la réflexion, la créativité de chacun autour d’une idée force : le langage est constitutif de l’humain, indissociable de la construction du sujet, de son rapport aux autres et au monde.

Les textes ici rassemblés en sont autant de témoignages. Ils émanent soit de l’association elle-même, soit d’adhérents, de sympathisants, de partenaires qui ont bien voulu les mettre à disposition des visiteurs de ce site.

Ils sont classés en fonction de leurs titres par ordre alphabétique.

 

–  A propos de l’Enfance, par France Pétrequin, orthophoniste

–  Bilan d’une première année d’initiation à la technique des associations, Nathalie Cotineau

–  un Bilan de langage: critères d’évaluation et fondements théoriques, Claire de Firmas

  • Comment les mots viennent aux enfants : Dans cette communication à la Maison Bleue de Chabeuil, destinée initialement aux parents et personnels soignants, Isabelle Canil raconte comment les enfants s’emparent du langage. Elle y éclaire l’existence symbolique, la séparation, le besoin de manquer, … un texte qui invite à le diffuser.

–  Comment les mots viennent aux enfants, Isabelle Canil

 

–  « Comment les nommer ? » France Petrequin

 

Difficultés en mathématiques, difficultés «à penser»? par Maryvonne Collot et Catherine Le Mercier

  • Difficultés en mathématiques, difficultés à penser. De plus en plus de demandes concernent les mathématiques. La langue mathématique est-elle la langue symptomatique ? En quoi les difficultés en mathématiques sont-elles des difficultés «à penser»? Un début de réponse proposé par Maryvonne Collot et Catherine Le Mercier, orthophonistes, formatrices aux Ateliers Claude Chassagny, lors de la journée de formation à la psychopédagogie 2008 de l’Association française des CMPP. A partir de fondements théoriques explicités, les outils que sont les marqueurs transversaux, le positionnement clinique PRL et la TA sont ici pensés pour recevoir et accompagner l’enfant en difficulté avec les mathématiques.

 

–  « Les Dragons, ça n’existe pas », Virginie Amoureux.

–  Du « jeu » au « je ». Histoire d’un groupe thérapeutique d’enfants par Dominique Ripaud et Maryse Nauroy.

–  L’Ecrit au risque de la science. Anne-Marie Fernez-Remacle, orthophoniste, psychanalyste.

–  L’Ecrit, le secret, l’intime dans les ateliers d’écriture. Maryvonne Collot

–  « Enfants baillonnés par les firmes pharmaceutiques : quelles complicités? », Claire de Firmas sur le site de FORM indep

–  Entretiens familiaux et orthophonie, par Caroline Richard, psychologue, et Maryse Nauroy, orthophoniste.

–  « Et pourquoi pas un acte unique? » par Brigitte Brunel, orthophoniste.

–  Fais-mois signe, je te parlerai; parle-moi, je t’écrirai par Pascale Hassoun, psychanalyste.

–  Fondements pour une approche subjective du langage, « L’Entrée dans l’écrit : à chacun son chemin », par Claire de Firmas, et Flore CourtèsLudon.

  • Quelles articulations théorico-cliniques pour une approche subjective du langage ? Qu’y a-t-il de spécifique dans l’écrit par rapport à l’oral ? Pourquoi une approche transversale des empêchements à lire/écrire ? Voici la retranscription de l’exposé théorique de Claire de Firmas : Fondements pour une approche subjective du langage suivi de présentations cliniques de Flore Courtès-Ludon : « L’entrée dans l’écrit: à chacun son chemin » lors de la journée 2014 de formation collective du CMPP de St-Ouen l’Aumône (95).

–  « Gabriel, quand les liens s’emmêlent… » , Diane Pertuisot

–  « Jeu et réalité » de D.W. Winicott par Isabelle Renier-Paugam et Sylvie Pottié.

  Kérian et le roi Grenouille ou comment un enfant s’approprie la lecture en entendant des contes, par France Pétrequin.

–  « Le Liseur » : A propos de l’ouvrage de Bernard Schlink, par Virginie Amoureux.

–  Les Marqueurs transversaux: Repères pour l’observation des pathologies du langage par Claire de Firmas, orthophoniste.

–  « Octave : sonate à 4 mains ou les mots pour le dire » , Florence Collin

–  L’Orthophonie « chassagnienne » ? C’est quoi au juste ?, Maryse Nauroy.

–  Une Orthophoniste à l’ITEP, Caroline Lehman

–  « Papillons de mémoire » , Laurence Monfroy

(5) Peut-on se passer des parents ? par Francis Portal, psychologue clinicien.

(2) Pourquoi ai-je un jeu de Mikado dans mon bureau ? par Virginie Amoureux.

(2) Pourquoi je joue au squiggle (en séance d’orthophonie )? par Claire de Firmas.

(4) Le Premier pas, Catherine Le Mercier

(3) ou (5) Prise de parole et toute puissance chez l’enfant par Brigitte Brunel.

  • Prise de parole et toute puissance chez l’enfant par Brigitte Brunel. Avec la question de l’altérité, les enfants-roi posent la question de leur identité. Un enfant-roi est un roi nu, sans sceptre, ni couronne… qui confond avoir et être, qui est dans l’immédiateté. Il ne sait pas attendre, différer. Il veut tout, tout de suite : son biberon, son quatre heure, son doudou, sa mère, sa télé, faire pipi, il s’agite, crie, pleure, il tempête. Il fait la langue, plutôt qu’il ne parle. Il est pris dans le corps, dans le faire et pas encore dans le symbolique.

(1) (3) (5) (6) Quand l’orthophonie est le cadre d’une rencontre à inventer autour du langage par Isabelle Canil et d’Emmanuelle Machebeuf-Serbout, orthophonistes.

  • Le langage, un sujet et son symptome. Un symptôme qui se donne à voir dans le langage, dit forcément quelque chose de la personne… Même s’il est organique (fente vélaire, surdité…), il est symptôme. Quelque soit l’activité que nous partageons (jouer aux voitures, à la dînette, faire de la pâte à modeler, faire une série, lire, écrire un texte regarder silencieusement ce que l’autre fait….) on est toujours là pour la même chose : pour faire vivre une situation langagière et trouver un point de rencontre. Quand l’orthophonie est le cadre d’une rencontre à inventer autour du langage. Intervention d’Isabelle Canil et d’Emmanuelle Machebeuf-Serbout lors du VIIème Congrés des étudiant(e)s en orthophonie de Montpellier en novembre 2010.

(1) Que se passe-t-il à l’intérieur d’une syllabe? par Isabelle Canil

(4) Qu’en est-il du secret et de l’intime dans un atelier d’écriture? Véronique Pétetin

(3) Réflexion clinique autour de la prise en charge orthophonique d’un enfant qui chuchote, Annie Thebault

(5) Rencontre avec l’ouvrage de Pef : « Rendez-moi mes poux », Emmanuelle Macheboeuf.

(4) Si l’on écrivait?, par Catherine Le Mercier

(3) Le Symptôme objecteur du sujet dyslexique par Jeanine Pirard Le Poupon, psychanalyste.

(4) Textures, livres dé-livrés : la parole comme tissage. Joanna Mico, poétesse

 

Ancre pour accéder au Dossier sur le bilan orthophonique

Les liens restent des accès d’ouverture vers les  fichiers PDF actuels

 

(6) Dossier sur le BILAN

Les situations de demandes de bilan auxquelles sont confrontées les orthophonistes sont nombreuses.
La question de la conception du bilan orthophonique et en particulier celle de l’obligation qu’aurait le clinicien d’effectuer des tests étalonnés est un sujet sensible dans la profession. Un compte rendu de bilan peut-il être considéré comme non-conforme du fait qu’il n’inclut pas de résultats chiffrés ?
La réponse affirmative, largement répandue, apparaît comme celle qui découlerait des textes en vigueur. Mais quels sont-ils exactement ?
Le positionnement clinique PRL (Pédagogie relationnelle du Langage) s’inscrit dans le respect du cadre législatif et réglementaire et peut s’argumenter par les cliniciens concernés.
Ce dossier sur le bilan présente différents éléments pouvant servir à chacun de base d’analyse :

« Bilan orthophonique, les épreuves étalonnées s’imposent-elles? » (septembre 2012)

 

Ancre pour accéder au Glossaire

Les liens restent des accès d’ouverture vers les  fichiers PDF actuels

 

 

(1) (6) Glossaire

Réforme de la Formation Initiale – (Avril 2012)

  Le langage humain a pour caractéristique essentielle la réflexivité ou fonction métalinguistique, c’est-à-dire qu’il contient en lui-même la potentialité de parler de lui-même, de transgresser ses règles, de jouer avec les mots… L’usage des mots qui définissent la compétence des orthophonistes et la transmission du métier a fait l’objet d’un travail de la commission formation initiale des Ateliers Claude chassagny, en partenariat avec la Fédération des Orthophonistes de France dans le contexte de la réforme des études d’orthophonie. Le choix des mots a souvent revêtu une importance capitale. De cet enjeu est né un glossaire : Communication, Diagnostic, Education / Rééducation, Fonctions oro-myo-faciales, Formation, Langage, Langue orale/Langue écrite, Parole, Patient, Relation, Représentation, Symptôme, Thérapeute, Voix.

SOCIALICON
SOCIALICON